Simon Carrière : l’interview de l’Enchanteur du métro parisien !

Simon Carrière, je vous l’ai présenté il y a un peu plus d’un an et demi… Il était le chanteur à la station République qui faisait sourire tous les passagers, vous vous souvenez ?
Il a accepté de répondre aux questions de MissaParis et il est temps de découvrir qui se cache derrière sa guitare…

MissaParis : Bonjour Simon, pour MissaParis et ses lecteurs, tu es “l’Enchanteur du métro”, mais pourrais-tu nous en dire un peu plus sur toi ?
Simon Carrière : Je suis un chanteur bourlingueur, je viens de Grenoble où j’ai fait de la musique et des concerts depuis mes 15 ans. Je suis à Paris seulement depuis deux ans maintenant et c’est à partir de là que je suis devenu “chanteur bourlingueur” en jouant dans le métro après avoir passé l’audition RATP, puis dans plein de lieux insolites notamment à l’occasion d’un tour d’Europe de musique de rue de plus de 100 jours à travers 11 pays. Une aventure incroyable dont un clip européen en 8 langues retrace en musique ce parcours, ça s’appelle “The Universal Attraction”.

MissaParis : Quel le moment où tu t’es dit que la chanson, c’était pour toi ?
Simon Carrière : Je me le suis jamais vraiment dit je crois. Ça a été quelque chose de naturel et mon moyen d’expression. Après, ce qui fait que j’ai su que j’étais fait pour ça, c’est le fait de me sentir bien sur scène, d’avoir toujours eu le goût du spectacle avec le plaisir de partager un moment spécial avec le public.

MissaParis : Quel est le titre de la première chanson que tu as composée ?
Simon Carrière : Ma première vraie chanson, j’avais 8 ans et c’était une sorte de rap acapella qui s’intitulait “Les enfants perdus”. Elle avait même était publiée dans le journal de mon école primaire… Un jour je sortirai l’enregistrement pour rigoler…

MissaParis : Et le titre de la dernière ?
Simon Carrière : Il s’agit de “L’explorateur”, ça faisait longtemps que je n’avais pas écrit et ça évoque pas mal de choses que j’ai vécues ces derniers temps : la difficulté de partir de chez soi pour aller vers l’inconnu avec les doutes et les mises en gardes puis au final le bonheur d’avoir tenté l’aventure, toute la richesse de ce que le voyage apporte : les rencontres, les galères, la découverte de nouvelles cultures et l’ouverture d’esprit. J’aime beaucoup être sur la route, surtout pour partager ma musique.

MissaParis : Si tu devais créer ton propre style musical, quel en serait le nom ? Et pourquoi ?
Simon Carrière : C’est de la chanson française bourlingueuse, car mes chansons sont le fruit de mes expériences, mes voyages intérieurs d’émotions en émotions, et parce que j’ai envie de faire voyager les gens à mes concerts et les emmener avec moi.

MissaParis : Parlons un peu de tes influences. Quel est ton artiste préféré ? Et celui auquel tu aimerais être comparé ?
Simon Carrière : Très difficile de répondre… Un de mes artistes préférés est Jacques Brel. Il pouvait autant être dans la légéreté que dans des émotions beaucoup plus profondes. Il avait une philosophie qui m’a beaucoup inspiré et au-delà de son côté un peu misogyne il avait un grand amour pour l’Homme, beaucoup de compassion et de révoltes à l’intérieur lui. C’est aussi quelqu’un qui a su prendre de grands risques, tout remettre en questions. Il a galéré 10 ans avant d’être enfin mis en lumière. Quand c’est difficile pour moi, je pense à son histoire et cela me donne du courage pour continuer à vivre mon rêve de chanteur même si c’est dur de ne pas toucher autant de gens que j’aimerais pouvoir le faire à l’avenir.

MissaParis : De Grenoble, tu es monté à Paris… Quel souvenir as-tu de ton arrivée dans la capitale ?
Simon Carrière : Les premiers mois après avoir passé quasiment toute ma vie à Grenoble, on voit surtout les bons côtés. C’était à la fois excitant par la nouveauté permanente et un peu flippant car je ne savais pas si j’allais arriver à m’en sortir… Maintenant j’ai pris mon rythme ici, et si maintenant je vois un peu plus les mauvais côtés de Paris, c’est à moi de trouver mon équilibre en y étant pas en permanence et en continuant à aller voir ailleurs…

MissaParis : Tu fais partie des chanteurs officiels du métro. Comment as-tu eu cette idée, et comment s’est passé le casting ?
Simon Carrière : En venant à Paris, c’était mon objectif principal, ça faisait un moment que j’y pensais. Si un jour ça n’évolue pas en restant chez moi, j’irai jouer dans le métro parisien. J’étais vraiment très anxieux pour mon premier casting car une bonne partie de ma venue à Paris dépendait de ma réussite à ce casting pour avoir le badge. Je savais aussi qu’il y avait peu de places et beaucoup de personnes qui se présentaient… Alors quand j’ai eu mon badge j’étais soulagé et heureux de pouvoir commencer l’aventure et relever mon défi de faire sourire les gens de bon matin…

MissaParis : Aujourd’hui, tu vis à Paris. Qu’est ce qui te plait et ne te plait pas dans cette ville ?
Simon Carrière : J’aime bien l’anonymat à Paris, c’est très pratique, pour la musique c’est vraiment chouette car il y a moins d’a prioris que dans les villes moyennes comme Grenoble. Le fait de jouer dans le métro pour moi est une des plus grandes qualités de cette ville ! J’habite dans le 19ème et j’aime beaucoup mon quartier…
Pour les mauvais côtés, c’est une ville qui peut aussi vous aspirez par son indifférence et le manque d’entousiasme, ça manque de fraicheur et de chaleur humaine et c’est difficile de défendre ça en musique ici. Malgré tout on a souvent de bonnes surprises et on fait souvent de bonnes rencontres avec des gens motivés. Aussi, ce qui est difficile ici c’est la misère humaine avec les gens à moitié fous, beaucoup de gens à la rue, c’est difficile d’y être confronté tous les jours. A Paris, on doit se blinder sans pour autant ne plus avoir de compassion, c’est un équilibre dur à trouver…

MissaParis : Maintenant que tu connais mieux Paris, aurais-tu une bonne adresse à nous conseiller ?
Simon Carrière : Sans aucun doute un resto incroyable : Les Fêtes Galantes, rue de l’Ecole Polytechnique dans le 5ème. J’y suis tombé par hasard un soir et j’y ai gouté le meilleur gratiné d’oignon de ma vie, un vrai délice. En plus, c’est pas cher et le patron, Bibi, avec qui je suis devenu ami, est un véritable passionné et un artiste. Le lieu aussi est génial avec une déco des plus insolites à découvrir…

MissaParis : Qu’en est–il de tes actus à Paris ?
Simon Carrière : Nous sommes en train de peaufiner un concert-spectacle qui mêle théâtre et musique avec mon percussionniste Steve Wallois. Le spectacle est écrit et mis en scène par Laurianne Martini. On le jouera mardi 19 juillet et mardi 9 aout 2011 à 21h.
Sinon dans les projets, on est aussi en train de monter un spectacle jeune public autour de l’Europe et on prépare une tournée écologique en France pour l’été 2012.

MissaParis : Beaucoup de projets ! Merci de les avoir partagés avec nous. Enfin, un dernier mot pour les lecteurs de MissaParis ?
Simon Carrière : Si vous le sentez, partez à l’aventure et vivez vos rêves au lieu d’attendre qu’ils viennent à vous… Il n’y a rien de pire que l’attente. Je vous souhaite à tous plein de bonnes choses et j’espère vous retrouver en vrai à un concert !

Pour plus d’informations sur les concerts de Simon carrière, cliquez-ici.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*