Le Paris de Laurent Gounelle : citations choisies.

J’en ai cornées des pages du deuxième roman de Laurent Gounelle, “Les dieux voyagent toujours incognito”! Tout ça pour partager quelques citations et morceaux choisis avec soin, pour vous faire découvrir Paris sous un autre angle, celui de l’auteur – et je vous conseille bien entendu le livre que j’ai dévoré de la première à la dernière page !

Conversation entre Alan, le personnage principal, et un chauffeur de taxi :
“- Ils sont trop fainéants pour marcher et trop radins pour prendre un taxi ! Y a pas plus radin qu’un Parisien !
– Moi, je trouve les Parisiens plutôt gentils.
– Ah ouais ? Et ben, vous devez pas bien les connaitre ! Moi, ça fait 28 ans que j’les pratique, alors j’les connais les lascars. Et je vais vous dire : ils sont de pire en pire chaque année. Moi, j’peux plus les blairer. Il me sortent par tous les trous”.

***

“Le portier en grande tenue donna un élan au tambour afin que je n’aie plus qu’à m’y glisser, et je me retrouvai dans le hall majestueux du George-V, l’un des plus beaux palaces de la capitale? Du marbre rouge Alicante s’étendait sur toute la surface du sol et remontait sur les imposantes colonnes qui s’élevaient jusqu’au plafond, haut, très hait. De chaudes boiseries recouvraient le comptoir de la réception. L’atmosphère était un mélange de grande classe et d’efficacité silencieuse des valets s’affairaient à déplacer des chariots dorés, garnis de malles et de valises pour la plupart gainées de cuir et estampillées d’une marque prestigieuse. Les réceptionnistes souriants et rapides délivraient tantôt des clés, tantôt des plans de Paris, ou renseignaient des gens probablement exigeants. Un client en short et baskets Nike, vision aussi inattendue que celle d’un rappeur qui parcourrait la scène d’un orchestre symphonique, traversa le hal avec la décontraction d’un habitué de ce genre de lieu.”

***

“Je marchai jusqu’au métro, foulant tranquillement le pavé parisien. Montmartre a cet avantage d’être situé sur une colline, si bien qu’on a la sensation particulière d’être à Paris sans pour autant être dans la ville. On ne sent pas absorbé par la cité, enfoui dans le bruit et la pollution au coeur d’une mégapole dont on ne percevrait pas les contours? Non, à Montmartre, au contraire, le ciel est omniprésent et l’on respire. La Butte est un village et, lorsque au détour d’une rue tortueuse on aperçoit la ville en contrebas, elle semble si lointaine et affaissée que l’on se sent soudain plus proche des nuages que du tumulte parisien.”

***

“Ma journée terminée, j’arrivai dans ma rue, et l’approche de cet environnement familier m’amena à me détendre un peu. Le village de Montmartre avait un côté tellement sympathique… J’en oubliais presque que j’étais dans une grande ville.”

***

“Le responsable referma la porte précisément à l’heure convenue, ce qui était un miracle à Paris, ville où tout le monde trouve normal d’avoir trente minutes de retard.”

***

“Plus je m’approchais d’elle, à travers les allées parfumées des jardins du Champ-de-Mars, et plus la tour Eiffel me semblait gigantesque, me dominant de toute sa hauteur. Eclairée de pourpre par le soleil déclinant à l’horizon, elle était majestueuse et inquiétante à la fois.”

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*