"Adèle Blanc-Sec" et le Paris de 1912 / "Adèle Blanc-Sec" and the Paris of 1912

En voilà, un joli conte que celui réalisé par Luc Besson ! Les aventures d’Adèle Blanc-Sec, adaptées de la bande dessinée de Tardi, nous plongent dans le Paris de 1912 (très jolies vues à l’appui), avec un passage éclair en Égypte, d’où Adèle ramènera une momie (rien que ça!), qui viendra côtoyer un ptérodactyle tout droit sorti du jardin des Plantes, un savant spécialiste de la vie après la mort et une jeune fille victime d’un malheureux accident…

L’inspecteur Caponi (joué par un Gilles Lellouche méconnaissable sous sa moustache rebiquante, son chapeau melon, son double menton et ses oreilles en feuilles de chou) va avoir du fil à retordre !

… mais pas plus qu’Adèle, jeune journaliste effrontée et intrépide, qui n’a pas sa langue dans sa poche. Et son humour décapant qui  ne plaît pas à tout le monde…

Si ce film est un bon divertissement, très bien réalisé et avec une formidable bande son d’Eric Serra, quelques bémols cependant:

– Louise Bourgoin est assez convaincante dans le rôle de l’héroïne aventurière (chapeau pour ses magnifiques tenues au passage!), mais beaucoup moins lorsqu’il s’agit de jouer dans le sentimental.

– Petit anachronisme: Adèle/Louise fredonne en effet la chanson “Mon truc en plumes”, qui n’a été composée qu’une cinquantaine d’années (en 1961) après la date à laquelle est censée se dérouler l’histoire.

– Enfin, j’aurais quand même davantage apprécié le film si j’avais été âgée de 10 ou 12 ans…

Affiche: www.allocine.fr

____________________

Here it is, a nice  tale, directed by Luc Besson! The adventures of Adèle Blanc-Sec, from the comic written by Tardi, plunge us in the Paris of 1912 (very nice views in support), with a quick stay in Egypt, where Adèle will bring a mummy (that’s all!) from, which will mix with a dinosaur from the jardin des Plantes, a scientist specialised in life after death and a young girl victim of an unfortunate accident…

Inspector Caponi (played by an unrecognizable Gilles Lellouche under a sticking-up mustache, his bowler hat, his double chin and his cauliflower ears) is going to have a hard time !

… but not as much as will have Adèle, young journalist, cheeky and intrepid, and who is not scared to speak her mind. And her caustic humor which is not liked by everybody…

If this movie is a good entertainment, very well directed and with a wondeful music written by Eric Serra, some “flat notes” however:

– Louise Bourgoin is quite convincing in the role of the adventuress heroin (Well done for her dresses by the way!) , but less when she plays in the sentiments.

– Little anachronism: Adèle/Louise sings a song  “Mon truc en plumes”, which was composed only 50 years (in 1961) after the date the story is supposed to happen.

– Finally, I would have enjoyed so much more the movie if I had been 10 or 12…

Rendez-vous sur Hellocoton !

5 Comments on this post

  1. Très bon film de Luc Besson et bonne bande son d’Eric Serra, mais avec Eric on n’est jamais déçu sur la qualité (Voir et entendre Le Grand Bleu, ou Subway,….) Paris Apartments

    Paul / Répondre
  2. “Le cocktail n’est pas dénué d’un certain charme, pour peu qu’on accepte de suivre les méandres d’un scénario qui part dans tous les sens. Dommage que les personnages n’aient pas été plus fouillés : paradoxalement, ils avaient plus de relief sur les planches des albums. ”

    Faire un film avec les 3 BD, une mauvaise idée? probablement oui!

    E. ZY / Répondre
  3. Pas de commentaires sur le film que je n’ai pas vu mais sur une chanson fredonnée par l’interprète principale. Tout à fait exact, celle ci a été créée par Zizi Jeanm

    pierre / Répondre
  4. Pas de commentaire sur le film que je n’ai pas vu. Par contre c’est tout à fait exact que la chanson fredonnée par l’interprète principale a été créée en 1961 par ZIZI JEANMAIRE, mais saviez-vous que le parolier n’est autre que Bernard Dimay qui, bien que né en Province, était le plus parisien des poètes des années 5O/70 (voir WIKIPEDIA pour de plus amples informations). Le compositeur, sans être poète était de la même veine: personnage truculent entre autres, les anciens doivent se souvenir de “Les pantoufles à Papa” , “Le Pacha”, “mets 2 thunes dans le bastringue” Mais on lui doit également la musique ou les paroles de chansons interprétées par Montand, Reggiani, Edith Piaf (Mon manège à moi) etc. Voilà deux personnages typiquement “parisiens” de l’après-guerre

    pierre / Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*