« Pisser à Paris » : Claude Lussac et Nathalie Marx nous dévoilent un Paris inattendu !

« Pisser à Paris ». Le titre m’a accroché dès sa lecture. Audacieux, direct et explicite.
Si ce dernier est sans équivoque, cet ouvrage est bien plus qu’un simple guide des meilleures toilettes parisiennes gratuites. Lorsque les deux auteurs reviennent sur les coulisses de « Pisser à Paris », autour d’un verre dans un pub du XIème arrondissement, c’est pour parler d’une véritable rencontre.
Celle de deux parisiens des plus différents : un d’origine qui connaît les beaux quartiers et une d’adoption plus familière des quartiers animés.
Le projet avait déjà germé il y a 27 ans dans la tête de Claude Lussac – lorsque sa femme, alors enceinte, était sujette à des envies pressantes -, et s’est concrétisé avec la rencontre de Nathalie Marx. Se sont ensuivis plusieurs mois de recherches, de découvertes, d’expérimentations des WCs parisiens, des plus luxueux, dans les palaces parisiens, aux plus incongrus, au Flunch des Halles ou au fond d’une impasse.
Le résultat ? Un répertoire pratique (pour sûr), culturel (chaque chapitre est tissé d’anecdotes, mêlant Histoire et littérature) et plein d’humour.130 lieux testés et (plus ou moins) approuvés.
Lorsqu’on demande aux auteurs leur « petit coin préféré », le choix n’est pas facile.
Claude Lussac choisit celui situé Allée Marcel Proust (décrit page 95 du livre), lieu bien connu de ce dernier, qui surnommait la dame-pipi « marquise ». Un lieu chargé d’histoire(s) pour les deux auteurs, l’ancien et l’actuel.
Celui choisi par Nathalie Marx est des plus rocambolesques. Il l’est d’autant plus que j’ai eu droit à une petite visite privée et inattendue. Situées rue de Montreuil (Page 121 du livre et présenté dans la vidéo ci-dessous), ces toilettes sont loin de celles du Crillon ou du Ritz, mais derrière des ateliers d’artisans nous ramenant en plein XIXème siècle. Rien de confortable ni d’extraordinaire, mais elles sont authentiques et chargées d’Histoire.
Les toilettes, WC, petits coins, lieux d’aisance, latrines… Les expressions ne manquent pas, mais il fallait oser écrire sur ce besoin que tout le monde a mais dont personne ne parle !
Se cachent même des lieux inédits et moins connues, comme les plus vieilles toilettes publiques de Paris place de la Madeleine, qui datent de 1905 et classées monuments historiques, et malheureusement fermées au public depuis mai 2011.

Heureusement, il vous reste les 130 de « Pisser à Paris », qui vous permettront de découvrir Paris autrement…

Rendez-vous sur Hellocoton !

3 Comments on this post

  1. Article très agréable à lire, et assez drôle aussi ça donne envie de lire le livre !
    Merci Missaparis !

    Miss Phoune / Répondre
  2. Pour ma part, je préfère me soulager dans un endroit digne de ce nom!

    Bénédicte / Répondre
  3. Je crois savoir qu’il y a tout comme les hotels, des étoiles décernées pour les toilettes des restos, bars …
    A fin de récompenser celui qui est le plus propre le plus beau etc…

    Bénédicte / Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*